Les options matérielles

Voir la vidéo

Les ballons

Il existe une grande variété de ballons disponibles dans les catalogues en fonction des âges. Le volume facilite le contrôle, le poids conditionne l'impact à la frappe. Il n'y a donc pas d'intérêt à avoir des ballons plus petits que les ballons réglementaires, mais on peut utiliser des ballons plus légers que le ballon adulte. Le poids et l'élasticité doivent permettre un contrôle du rebond. Les ballons légers et trop élastiques sont incontrôlables et ne permettent pas de construire le jeu.

Nous n'en disposions pas lors des prises de vues mais ces ballons légers présentent un grand intérêt. Nous les avons utilisés du CE1 au CM2 (voir "le volley-ball à l'école" des mêmes auteurs. 1986). Les ballons type beach-volley présentent un contact plus confortable pour les jeunes élèves mais aussi une plus grande fragilité. Nous conseillons de tester le matériel avant d'en acquérir un grand nombre.

Les terrains

Toutes les surfaces sont utilisables, du sable au sol de gymnase, en passant par l'herbe et les plateaux de sport. Les surfaces souples facilitent le développement du jeu dans les espaces bas sans attendre les techniques de réception au sol qui viendront peu à peu. Les dimensions du terrain constituent un paramètre didactique sur lequel nous jouons. Un terrain long et étroit, un terrain large et court, une grande surface, induisent des comportements et mettent l'accent sur des problèmes et des apprentissages techniques particuliers.

Ici nous utilisons des terrains réglementaires de 9x9m et des terrains plus petits 6x6m, 3x6m, etc. La règle permanente pourrait être : "le volley-ball doit rester un jeu de déplacement". Sur terrain extérieur, on peut utiliser des rubans de signalisation (blanc / rouge). Dans les salles, les nombreuses lignes et des balises ou de la craie permettent de délimiter les terrains.

Le filet

Le rôle du filet est tout simple... rendre la défense possible. En réalité, la défense du sol en volley-ball (limité à trois touches) constitue le premier temps de la contre-attaque. La bonne hauteur, d'un point de vue didactique, sera donc... celle qui rend la défense possible ! Cela veut dire que l'on pourra jouer sur ce paramètre pour dynamiser et équilibrer le jeu. Au début, un filet haut signifie plus de temps pour défendre, et ce n'est pas du luxe.

Par contre, on verra que l'on peut organiser dans une cour, sur une plage, sur un gazon, un espace de jeu où le filet sera remplacé par une zone neutre. On peut ainsi facilement multiplier les ateliers de travail tout en autorisant des apprentissages tout à fait signifiants.

Cela permet de construire la représentation du jeu sur sa logique fondamentale d'attaque et de défense de la cible au sol, et non d'échange du ballon par dessus le filet. Ainsi, on voit se développer des interventions dans l'espace bas plus spontanément qu'avec un filet.

Il faut souligner que le filet, par son impact visuel, focalise l'attention et polarise l'activité : jouer sans filet, jouer à différentes distances du filet, devenir indépendant de ce repère visuel dans sa coordination, nous paraît un enjeu réel.

Voir la ressource sur
les types de terrains et organisation
haut de page

Ce site requiert Flash Player version 8 ou supérieure.

Afin de visualiser correctement le contenu de ce site, nous vous conseillons d'installer la dernière version d'Adobe Flash Player sur votre ordinateur.

Cliquez ici pour télécharger la dernière version de Flash Player sur le site Web du fabriquant